Archives de Catégorie: Portraits

Comment la Science-Fiction prédit le futur ?

Ostramus

La science-fiction consiste à prédire le futur, sur la base de faits concrets ou de la pure imagination, voire souvent les deux. Tout le monde, d’Isaac Asimov à Tyra Banks, se sont hasardés à deviner ce qui préfigure au-delà de notre génération et pour les nombreux (ou quelques) générations après nous.

En 2012, l’AWL avait compilé une liste exhaustive des prédictions puisés dans les romans de science-fiction et des histoires, à commencer par la résurrection du Titanic depuis le plancher océanique, comme décrit dans Le Fantôme venu des profondeurs de Arthur C. Clarke.
Depuis, nous disposons d’une chronologie bien plus détaillée. Il y a quelques mois, Giorgia Lupi, un designer d’information italien, a créé une infographie des données. La conception de Lupi donne une meilleure idée de l’avenir immense qui s’étend dans les récits — avec l’optimisme de nos écrivains qui entrevoit l’humanité toujours présente dans l’année 802701 !

View original post 602 mots de plus

Publicités

Les lois de l’Automate

Ostramus

automate

Considérations sur la servitude des machines

Le mythe du golem est ancien. Il relate l’histoire d’un homme assemblant un peu de boue pour produire un petit être soumis à sa volonté, mais qui finit pas tuer le créateur. Ce récit se mêle à celui de Prométhée — puni par les dieux pour avoir offert le feu aux mortels — où la technique se retourne contre ceux qui en font usage ou qui en sont à l’origine. Cette crainte phosphora dans la littérature, notamment au début du XXe siècle quand les pupls américains mettent en scène des robots. Nombre de revues virent leurs pages noircies par des histoires de machines engendrant des catastrophes, souvent à dessein de tuer les humains. Tout n’était que thème et variation du récit de Frankenstein.

Lassé de ces récits défaitistes, Isaac Asimov a établi dans les années 1940 trois lois simples pour conditionner le comportement des…

View original post 1 402 mots de plus


Valerio Evangelisti

thumbnailNé le 16 Octobre 1952 à Bologne, diplômé en sciences politiques de l’université de la même ville, Valerio Evangelisti est traduit et publié en France depuis quelques années déjà. Son style se caractérise par un ton « froidement ironique », voire féroce, qui est parfaitement illustré par la palette de personnages qu’il crée, notamment l’Inquisiteur dominicain Nicolas Eymerich, fanatique et sadique à souhait. Lire la suite