Archives d’Auteur: Apocryphos

À propos de Apocryphos

L’association « Apocryphos » est une association littéraire ayant pour but la promotion de la littérature et de l’écriture, de réunir les passionnés de littérature, de former une structure leur permettant de discuter, débattre et diffuser leurs idées, mais aussi la possibilité de participer à des manifestations littéraires.

Apocryphos lance Accattone

image

L’idée reposait dans les tiroirs depuis un long moment déjà, mais après plus de deux ans d’existence, Apocryphos a décidé de tenter l’aventure du fanzinat ! Nommée Accattone en référence à Pier Paolo Pasolini, la ligne éditoriale de la revue restera celle que l’on connaît, à cela près que ce nouveau média permettra aux membres de l’association d’extrapoler certains sujets littéraires et culturels qui n’ont pas forcément leur place sur le site de l’association mais qui nous tiennent à cœur, telle la colonisation de l’imaginaire par l’hédonisme de masse, ou l’acculturation généralisée par le consumérisme. Nous ne sommes pas antimodernistes par plaisir ou masochisme, mais parce que nous ne voyons dans le modernisme rien d’autre que le « grand cadavre mort » que dénonçait Charles Péguy ; un pouvoir avilissant, transformant les individus en hommes-masse, mais aussi abjurant les repères culturels pour mieux les plier aux ramifications tentaculaires de l’empire de la consommation.

Accattone fut le premier film de Pasolini ; vernaculaire, presque documentaire, exhibant sans fioritures la misère de la banlieue romaine des années ’50. Notre humble revue aura ce même but que de dépeindre une triste réalité culturelle que nous constatons jour après jour, en tentant de redonner un peu d’authenticité au milieu des flots hédonistes qui désenchantent le monde. Accattone signifie aussi, à peu de chose près, mendiant, ce qui, au vu de nos modestes moyens, correspond à son processus d’élaboration ; nous n’avons fait appel à personne pour concevoir ce numéro, respectant une tradition artisanale du fanzinat, nos maigres subventions parvenant tout juste à couvrir les frais d’un stand à la Foire du Livre annuelle de Saint-Louis.

 Le premier numéro fera l’objet d’un lancement à l’occasion du quarantième anniversaire de l’assassinat de Pier Paolo Pasolini, la nuit du 1er au 2 Novembre 1975, lancement qui prendra la forme de la dernière conférence trimestrielle de l’année, et qui portera bien sûr sur le poète disparu. La date est fixée au Vendredi 30 Octobre 2015. Un site spécifique à la revue sera mis en ligne d’ici peu pour éviter le mélange des genres. D’ici là, vous pouvez déjà suivre la revue sur Twitter (@RevueAccattone) !

Publicités

Vampyres et Zombis; élitisme et vulgaire dans la culture populaire.

 

Carmilla tombeau

Si vampyres et zombis se côtoient souvent, une grande opposition semble demeurer entre eux. Si les dérives hédonistes de la bit-lit nuisent à la littérature vampyrique, elle n’écorna cependant que très peu le caractère noble, au sens propre comme au sens figuré, du monstre bien connu. En effet, contrairement au zombi, le vampyre semble bénéficier d’un certain élitisme, qui se traduit aussi bien dans sa représentation que dans son acception littéraire, tandis que l’autre a une dimension vulgaire, au sens latin de vulgus, soit de « masse » et de « commun aux hommes ». Bien qu’appartenant aujourd’hui à la culture populaire, leurs origines leur conférèrent un rôle différent, qui nous marqua intensément, quand bien même cette dissension paraîtrait infinitésimale pour certains. Pourtant, la mythopoétique de ces êtres horrifiques se fonde sur deux idées bien différentes, même si la peur est leur principal moteur. Lire la suite


Mythopoétique du Steampunk

1044862_438789502902088_1850812107_n

Le genre du steampunk connaît aujourd’hui un certain succès de par son esthétique particulière, combinant Belle Époque (ou époque victorienne, c’est selon) et hypertrophie de machineries à vapeurs qui forment le socle de cet univers. Pourtant, en littérature, le « punk à vapeur » est une espèce plus rare. Bien que sous-genre de la Science-Fiction né dans les années 1980, il ne connut jamais la même postérité que ses grands frères tels que le space opera ou le cyberpunk, dont le nom partage pourtant la même parenté, attribuée d’abord par raillerie journalistique. Cela étant, ses origines remontent à la fin du XIXe siècle en France, sous les plumes de Jules Verne et d’Albert Robida ; un grand comble quand on sait que les auteurs français ne s’en réapproprièrent les codes que très tardivement, contrairement aux Anglo-saxons. Le steampunk a lui aussi engendré pléthore de sous-genres plus ou moins bâtards, comme l’airpunk ou le dieselpunk.
Lire la suite


Comment la Science-Fiction prédit le futur ?

Ostramus

La science-fiction consiste à prédire le futur, sur la base de faits concrets ou de la pure imagination, voire souvent les deux. Tout le monde, d’Isaac Asimov à Tyra Banks, se sont hasardés à deviner ce qui préfigure au-delà de notre génération et pour les nombreux (ou quelques) générations après nous.

En 2012, l’AWL avait compilé une liste exhaustive des prédictions puisés dans les romans de science-fiction et des histoires, à commencer par la résurrection du Titanic depuis le plancher océanique, comme décrit dans Le Fantôme venu des profondeurs de Arthur C. Clarke.
Depuis, nous disposons d’une chronologie bien plus détaillée. Il y a quelques mois, Giorgia Lupi, un designer d’information italien, a créé une infographie des données. La conception de Lupi donne une meilleure idée de l’avenir immense qui s’étend dans les récits — avec l’optimisme de nos écrivains qui entrevoit l’humanité toujours présente dans l’année 802701 !

Voir l’article original 602 mots de plus