Archives mensuelles : janvier 2015

Conférence : Les Contes de Fées (verbatim)

IMG_20150117_182124

De gauche à droite : Mickaël Ragot ; Fabrizio Tribuzio-Bugatti et KaÏlcédrat SALL.

Récits populaires aux personnages connus de tous, notamment aux travers des œuvres célèbres de Disney, la réalité littéraire des Contes de Fées demeure pourtant aussi sombre que complexe. Le but de notre nouvelle conférence sera donc de restaurer l’imaginaire des Contes tels qu’ils sont écrits au travers d’auteurs tels que Straparola, Perrault ou encore les frères Grimm, mais aussi de se poser la question du rapport du Conte à l’enfant, et donc de savoir s’ils ont pour but de faire entrer l’enfant dans un modèle social prédéfini, ou au contraire s’ils permettent à l’enfant d’intégrer sa propre personnalité.

Pour tenter de répondre à cette question, Apocryphos a convié Mickaël Ragot, étudiant en Master recherche littéraire à l’Université de Haute-Alsace et président de l’association étudiante du Bateau-Livre, ainsi que Sall « KaÏlcédrat » Ethman, mêmement étudiant en Master de recherche littéraire à l’Université de Haute-Alsace. Les débats seront organisés par Fabrizio Tribuzio-Bugatti, président fondateur de l’association.

Mickaël RAGOT

 Le conte de fée, sous famille du conte, se démarque par la présence d’éléments magiques, féériques  ou fantastiques (vulgairement dit).

Littérature jeunesse et pour enfants : 1850 VS les premiers contes écrits datent de 1550 avec le recueil des nuits facétieuses de Basile (poète napolitain de la Renaissance). 300 ans qui séparent les premiers contes et la littérature jeunesse. Nous ne pouvons dire que les contes de fées étaient adressés initialement aux enfants.

Le conte de fée se verra réinvestit vraiment pendant la période classique (Charles Perrault, Marie Catherine d’Aulnoy (elle amènera le terme de « Contes de fées », etc.), le but étant de contrebalancer l’arrivé du rationalisme, du cartésianisme, et d’autres courants de pensées qui donneront la pensée des Lumières).

Des auteurs et surtout auteures (cherchant à s’émanciper dans une certaine mesure des carcans sociaux qui leurs étaient imposés et de briller aussi par leurs traits d’esprits) pour un public de précieux. Et pas du tout à destination d’un public jeune.

Il faudra attendre Le XIXème siècle qui se réappropriera certains contes de Perrault, ceux des frères Grimms par exemple pour parler de « contes pour enfant ».

Problématique : Les contes ont-ils pour objectif de faire entrer l’enfant dans un modèle social prédéfinit ou à l’aider à intégrer sa propre personnalité (Bruno Bettelheim, psychologue et pédagogue Autrichien qui est en quelque sorte un pionnier dans l’analyse des contes de fées.)
Lire la suite

Publicités

L’Apocryphe n°I

L'Apocryphe I